Le Prix Marcel Vincent de lÕACFAS dŽcernŽ au professeur Maurice Tardif

 (suite de la une)

FormŽ en sciences sociales et en philosophie (doctorat, 1989), le professeur Tardif a enseignŽ cette discipline pendant huit annŽes au Collgue de Maisonneuve ˆ MontrŽal. Il a par la suite consacrŽ sa thse de doctorat aux thŽories de lÕaction sociale (Habermas, Giddens, Weil, Weber, etc.) et ˆ leur articulation ˆ lÕactivitŽ Žducative. En plus dՐtre publiŽe, sa thse sÕest mŽritŽe le Prix de la meilleure thse en Žducation au QuŽbec. Il a entamŽ en 1990 sa carrire universitaire ˆ lÕUniversitŽ Laval (1990 ˆ 2000) en sciences de lՎducation (fondements de lՎducation) o il est devenu professeur titulaire en six ans ; sa carrire sÕest poursuivie ˆ partir de 2000 ˆ lÕUniversitŽ de MontrŽal. En 2005, il est devenu recteur dÕune Haute ƒcole PŽdagogique en Suisse, fonction quÕil a occupŽe pendant plus de trois ans avant de revenir en poste ˆ lÕUniversitŽ de MontrŽal.

Dans le cadre de sa carrire, le professeur Tardif a dŽmontrŽ une activitŽ scientifique considŽrable, en plus de contribuer de manire dŽcisive ˆ la construction dÕun des plus vastes rŽseaux de recherche universitaire en Žducation, non seulement au Canada, mais Žgalement sur la scne internationale :

­   Au dŽbut des annŽes 1990, avec ses collgues de lÕUniversitŽ Laval, il a fondŽ le Centre de recherche interuniversitaire sur la formation et la profession enseignante (CRIFPE), quÕil a ensuite dirigŽ pendant 14 ans. Le CRIFPE a ŽtŽ et demeure un Centre dÕexcellence du FQRSC. Il compte plus de 450 membres en rgle provenant de 14 universitŽs canadiennes et 15 universitŽs internationales. Sous la direction du professeur Tardif, le CRIFPE est devenu le plus important centre de recherche universitaire au Canada dans le domaine de lՎducation et lÕune des plus importants dans le domaine des sciences sociales et humaines. En 2006, le CRIFPE sÕest vu dŽcernŽ le Prix Whitworth par lÕAssociation canadienne dՎducation comme meilleur centre de recherche en Žducation au Canada. Il a Žgalement reu le Prix ADEREQ dŽcernŽ par lÕAssociation des directeurs et doyens des facultŽs dՎducation de la Province de QuŽbec comme meilleur centre de recherche en Žducation au QuŽbec (dÕautres informations sur ces deux prix sont disponibles sur : www.crifpe.ca).

­   Le professeur Tardif a ŽtŽ le fondateur et le directeur du Programme des Grands travaux de recherche concertŽe (GTRC) consacrŽ ˆ lՎtude de lՎvolution du personnel de lÕenseignement primaire et secondaire au Canada, financŽ par le CRSH (2002-2007). Ce programme a rassemblŽ des chercheurs des huit universitŽs canadiennes dÕun bout ˆ lÕautre du pays et 18 chercheurs internationaux. Il comptait sur la collaboration de Statistique Canada et de grands organismes Žducatifs canadiens : le Conseil des ministres de lՎducation du Canada, la FŽdŽration canadienne des enseignants, lÕAssociation canadienne des directeurs d'Žcole et le Bureau de la Statistique du ministre de lՃducation du QuŽbec. Le professeur Tardif a ŽtŽ le premier et le seul chercheur canadien en sciences de lՎducation ˆ obtenir une subvention de recherche au programme des GTRC du CRSH. Il sÕagit Žgalement de la plus importante subvention de recherche du CRSH jamais accordŽe ˆ un chercheur en Žducation au Canada (des informations portant sur ce vaste programme de recherche sont disponibles sur: www.teachcan.ca/).

­   Outre cette intense activitŽ dÕorganisation de la recherche scientifique au QuŽbec et au Canada, le professeur Tardif a maintenu une production scientifique, non seulement rŽgulire, mais aussi extrmement fŽconde : depuis 1990, il a publiŽ comme auteur ou coauteur 24 livres, quelque 200 autres textes scientifiques (articles, chapitres, actes, rapports, etc.), en plus de prononcer plus de 200 communications dans une vingtaine de pays[1].

­   En 2005, il a acceptŽ de diriger une nouvelle universitŽ professionnelle consacrŽe ˆ la formation des enseignants en Suisse romande. Cette institution (HEP-BEJUNE : www.hep-bejune.ch/) oeuvre sur trois cantons (Berne, Jura et Neuch‰tel) et elle est reconnue par la ConfŽrence suisse des directeurs de lÕinstruction publique CDIP) et par la Convention europŽenne Bologne. Au sein de la ConfŽrence des recteurs des HEP romandes (CDHEP), le professeur Tardif est responsable de la politique de la recherche. Il reprŽsente Žgalement le secteur recherche au sein de la ConfŽrence intercantonale de lÕinstruction publique de la Suisse romande et du Tessin (CIIP : http://www.ciip.ch/).

­   Au cours de sa carrire et tout particulirement depuis quÕil a occupŽ la fonction de recteur en Suisse, le professeur Tardif a signŽ de nombreux accords avec des universitŽs quŽbŽcoises et permis ˆ plusieurs universitaires de notre domaine de sÕintŽgrer aux rŽseaux helvŽtiques et europŽens en sciences de lՎducation.

Contribution scientifique, ampleur et originalitŽ de ses travaux

Le professeur Tardif a consacrŽ sa carrire scientifique ˆ lՎtude de la profession enseignante (incluant non seulement les enseignants mais aussi les autres agents scolaires liŽs ˆ lÕenseignement : directions dՎtablissement, orthopŽdagogues, psychologues scolaires, conseillers, techniciens, etc.). Il sÕest intŽressŽ ˆ son Žvolution sociohistorique au QuŽbec et au Canada ainsi que sur un plan international. Il sÕest Žgalement penchŽ sur lÕanalyse du travail des enseignants, sur leurs connaissances et sur leur formation. Pendant plus de quinze ans, en collaboration avec plusieurs autres chercheurs, il a ŽtŽ responsable dÕun programme de recherche qui sÕest penchŽ sur lՎtude de lÕenseignement, dÕabord dÕun point de vue macrosocial (La profession enseignante au QuŽbec, 1996), puis ensuite microsocial (Le travail enseignant au quotidien, 1999) et finalement mŽsosocial (Les identitŽs enseignantes, 2003). SimultanŽment ˆ ces travaux, M. Tardif a entrepris une sŽrie dՎtudes et dÕouvrages sur le savoir des enseignants (1991, 1996, 2003, 2006), sur les rŽformes internationales de lÕenseignement (1998, 1999, 2000, 2004), sur la division et lÕorganisation du travail des agents scolaires (1995, 2005, 2006, etc.).

Comme il lÕexplicite dans son ouvrage sur Le travail enseignant au quotidien (1999), le professeur Tardif considre que lÕenseignement constitue, ˆ travers lÕexpansion constante de la scolarisation, mais aussi des mŽtiers et professions dÕinteractions humaines, une profession centrale de la modernitŽ. Dans nos sociŽtŽs, le personnel de lÕenseignement reprŽsente, par ses interactions quotidiennes avec les Žlves et les autres acteurs Žducatifs, la vŽritable pierre angulaire de lՎcole, car cÕest lui qui assume concrtement la mission fondamentale dՎducation et de formation des nouvelles gŽnŽrations de citoyens et de travailleurs. En ce sens, pour Maurice Tardif, Žtudier le travail des agents de lÕenseignement, cÕest donc sÕefforcer de pŽnŽtrer au cĪur mme du processus de scolarisation tel quÕil se rŽalise aujourdÕhui dans les classes et les Žtablissements scolaires. Rappelons que le personnel scolaire constitue au Canada 7% de la main dÕĪuvre active et que les Žtats occidentaux consacrent en moyenne 20% de leur budget au systme scolaire.

LÕobjectif des travaux de M. Tardif est dÕapporter une contribution ˆ la fois nouvelle et fondamentale ˆ la connaissance des tendances et changements qui faonnent aujourdÕhui lՎvolution des systmes sociaux et scolaires, mais sous lÕangle de lՎtude spŽcifique des agents scolaires, de leurs situations et pratiques professionnelles, des transformations qui affectent leurs formations, compŽtences et professionnalitŽs, ainsi que de leur travail quotidien et de leurs interactions avec les Žlves et les autres partenaires Žducatifs.

Sur le plan thŽorique, le professeur Tardif conoit lÕenseignement comme une forme particulire de travail sur lÕhumain, cÕest‑ˆ‑dire une activitŽ o le travailleur se rapporte ˆ son Į objet Č sous le mode fondamental de lÕinteraction humaine.  Ainsi, ˆ travers ses diffŽrents livres et autres travaux publiŽs, le professeur Tardif sÕefforce de jeter les bases dÕune thŽorie de lÕenseignement conue comme travail dÕinteractions humaines. Ce faisant, sa perspective thŽorique dŽpasse son champ disciplinaire (lՎducation et lÕenseignement) et englobe les mŽtiers et les professions qui portent sur autrui : Žducation, services thŽrapeutiques, psychologiques et mŽdicaux, travail infirmier, travail policier et carcŽral, services sociaux o les fonctionnaires travaillent en en prŽsence des personnes, ainsi que les nombreuses professions de services aux clients comme les conseillers, avocats, etc. Dans ces mŽtiers et professions, les rapports entre les travailleurs et les personnes sont constitutif de la rŽalisation du procs de travail, lequel consiste ˆ soutenir, changer ou amŽliorer la situation humaine des personnes voire les personnes elles-mmes, comme cÕest le cas, par exemple, dans les thŽrapies, la mŽdecine, lՎducation, la rŽadaptation, etc. Ce quÕil importe de comprendre ici, selon le professeur Tardif, cÕest que les personnes ne sont pas un moyen ou une finalitŽ du travail mais la Į matire premire Č du procs de travail interactif et lÕenjeu premier des activitŽs des travailleurs.

Comme lÕenseignement, toutes professions impliquent de fortes mŽdiations langagires et symboliques entre les acteurs ainsi que, de la part des travailleurs, des compŽtences rŽflexives de haut niveau et des capacitŽs professionnelles pour mieux gŽrer la contingence des interactions humaines au fur et ˆ mesure de leur dŽroulement. CÕest pourquoi elles font habituellement appel ˆ des travailleurs ayant des qualifications ŽlevŽes et possŽdant des connaissances abstraites (le plus souvent de nature universitaire) : des thŽories thŽrapeutiques, psychologiques, sociologiques, des diagnostics, des statistiques, des systmes de classements des personnes (catŽgorisations, Žtiquetages, etc.), des conceptions pŽdagogiques, des arguments juridiques, lŽgaux, etc. Leur travail quotidien se base sur des concepts complexes (besoin, personnalitŽ, dŽveloppement, projet de vie, orientation, insertion, apprentissage, dŽveloppement de soi, santŽ, autonomie, etc.) traduisant la complexitŽ mme des situations de travail quÕils doivent assumer auprs des personnes.

Or, selon le professeur Tardif et comme le montrent avec force ses ouvrages et nombreuses interventions dans diverses manifestations scientifiques internationales, le travail interactif semble un des principaux vecteurs dans les transformations actuelles de lÕorganisation socio-Žconomique des sociŽtŽs modernes avancŽes. En effet, on y observe une demande sociale accrue pour la prestation, par des professionnels compŽtents, de services de plus en plus spŽcialisŽs et diversifiŽs sÕadressant directement aux personnes, tels les services mŽdicaux les plus variŽs, mais aussi les services psychiatriques et psychologiques, les services lŽgaux et juridiques, sans parler de la multiplication phŽnomŽnale des services basŽs sur des relations dÕaide : sexologues, gŽrontologues, thŽrapeutes, conseiller en santŽ, en sport ou en soins corporels, en croissance personnelle, etc.

Outre ces avancŽes thŽoriques, le professeur Tardif a contribuŽ de faon majeure au renouvellement des Žtudes et des mŽthodes de recherche sur lÕenseignement au Canada. En Žducation, il a ŽtŽ le premier chercheur canadien ˆ mettre en place des recherches empiriques (enqute, entrevues, etc.) ˆ travers tout le Canada dans une perspective ˆ la fois longitudinale et comparative entre les rŽgions et les provinces. Avec Statistique Canada, il a dŽveloppŽ des enqutes statistiques de grande envergure auprs de lÕensemble des 16000 Žcoles canadiennes et auprs de lÕensemble des agents scolaires canadiens. Il a Žgalement conduit une vaste Žtude qualitative et longitudinale auprs dÕune cohorte de 500 enseignants canadiens dans sept villes ˆ travers tout le pays (de Moncton ˆ Vacouver) quÕil a suivie, avec son Žquipe, pendant cinq annŽes avec des entrevues et des questionnaires. Il a rendu disponible en ligne par Internet les principaux rŽsultats de ces diverses enqutes et constituŽ ainsi lÕune des principales bases de donnŽes sur lÕenseignement au Canada. Cette base est accessible aux autres chercheurs et aux doctorants (www.teachcan.ca/).

Par ailleurs, le professeur Tardif sÕest toujours souciŽ de rendre accessible les rŽsultats de la recherche scientifique auprs des publics professionnels (enseignants, directions dՎtablissement, etc.) et des autoritŽs politiques, Žducatives et scolaires. Il a ainsi lancŽ il y a 14 ans le Bulletin Formation et Profession largement diffusŽ dans toute la francophonie (plus de 150 000 tŽlŽchargements en 2007 :  www.formation-profession.org/). En Suisse, il a Žgalement lancŽ en 2005 la revue Enjeux pŽdagogiques diffusŽe elle ˆ plus de 2000 exemplaires auprs des enseignants de terrain (www.hep-bejune.ch/institution/publications/rectorat/bulletins/). Il a ŽtŽ Žgalement lÕinitiateur de plusieurs sites Web, notamment celui du CRIFPE et celui sur lÕenseignement au Canada citŽs prŽcŽdemment.

Enfin, le professeur Tardif, tout au long de sa carrire, sÕest fortement engagŽ dans la formation de la relve scientifique.  Il a ŽtŽ et est toujours largement apprŽciŽ par ses Žtudiants (tant les anciens que les actuels). Il a par exemple crŽŽ la Prix Tousignant-Desrosiers pour rŽcompenser la meilleure thse de doctorat francophone au Canada dans le domaine des Žtudes sur lÕenseignement (www.crifpe.ca/prixtous.html). Une quinzaine de ses Žtudiants sont devenus professeurs dÕuniversitŽ.  Soulignons enfin que le CRIFPE quÕil a fondŽ a formŽ plus de 55 professeurs dÕuniversitŽ en sciences de lՎducation au QuŽbec.

Rayonnement et reconnaissance

Les nombreuses recherches et abondants travaux du professeur Tardif sont trs largement reconnus par ses pairs et par les grands organismes scientifiques internationaux, canadiens et quŽbŽcois qui lÕont subventionnŽ et soutenu sans interruption depuis le dŽbut de sa carrire. On parle ici de subventions de recherche totalisant prs de sept millions de dollars obtenues comme chercheur principal et directeur de projet au cours des quinze dernires annŽes, ce qui est bien sžr exceptionnel aussi bien en Žducation quÕen sciences sociales. Cela tŽmoigne du haut mŽrite de ses rŽalisations auprs de ses pairs qui Žvaluent son travail depuis 1990.

Les travaux du professeur Tardif sont publiŽs en six langues (franais, anglais, espagnol, portugais, allemand et arabe) et dans une douzaine de pays (Canada, France, Belgique, Suisse, Mexique, BrŽsil, Argentine, Maroc, Etats-Unis, Espagne, Portugal, etc.). Ils se sont mŽritŽs de nombreux prix dÕexcellence. Au BrŽsil et en AmŽrique latine, il a ŽtŽ lÕun des principaux initiateurs du champ de recherche sur les savoirs des enseignants (Saberes docentes) ; en Europe, le professeur Tardif est largement reconnu pour ses travaux sur le travail des enseignants.

Bref, au Canada, en Europe et en AmŽrique latine, les travaux de M. Tardif constituent des rŽfŽrences incontournables dans le domaine des Žtudes sur lÕenseignement et la profession enseignante, comme le montrent les nombreuses rŽŽditions de ses livres au BrŽsil (Saberes docentes, 8e Ždition ; Trabalho docente hoje, 4e Ždition, etc.) ou ses ouvrages chez des Žditeurs aussi reconnus que les Presses universitaires de France, Vozes au BrŽsil, de Boeck en Belgique, Rs et Narcea en Espagne, etc.

Par ailleurs, comme lÕindique son curriculum vitae, le professeur Tardif a participŽ et participe toujours ˆ plusieurs comitŽs scientifiques internationaux, et ce, dans plusieurs pays ; il sige sur les comitŽs de diffŽrentes revues scientifiques et de diffŽrents Žditeurs en France, en Suisse, en Belgique, au BrŽsil, au Mexique, etc. Il a initiŽ des nombreux accords internationaux et permis ˆ de nombreux chercheurs quŽbŽcois de sÕintŽgrer aux diffŽrents rŽseaux de recherche dans notre domaine. Il a ŽtŽ responsable de plusieurs dizaines de manifestations scientifiques nationales et internationales (colloques, congrs, symposiums, etc.). Enfin, il a ŽtŽ rŽgulirement professeur ou chercheur invitŽ dans diverses universitŽs europŽennes ou dÕAmŽrique latine.

Outre son engagement dans ces diverses activitŽs scientifiques, le professeur Tardif a ŽtŽ Vice-prŽsident de la Canadian Society for Study of Education (CSSE) et responsable de la politique recherche ˆ la CSSE durant son mandat; il a ŽtŽ membre de Commission canadienne de lՎducation de lÕUNESCO ; expert pour le Conseil supŽrieur de lՎducation, pour le Programme pancanadien des indicateurs en Žducation du Conseil des ministres de lՃducation du Canada (CMEC), membre du Collge des Žvaluateurs du Programme des Chaires de recherche du Canada ; prŽsident des diffŽrents comitŽs au FQRSC.

Finalement, jÕaimerais insister sur le fait que, ˆ ma connaissance, le professeur Tardif compte parmi les trs rares QuŽbŽcois francophones ˆ avoir dirigŽ une institution dÕenseignement supŽrieur en Europe.

Apport ˆ l'avancement de la profession et au progrs de la sociŽtŽ

Si on reconna”t que les enseignants reprŽsentent une profession centrale, non seulement au sein du systme scolaire, mais de toute la sociŽtŽ, il est indŽniable que les travaux ainsi que les nombreuses rŽalisations et activitŽs du professeur Tardif ont eu des rŽpercussions importantes, et ce, au moins sur trois plans :

1)                Comme chercheur, consultant ou expert, ses travaux ont nourri ou orientŽ de nombreuses politiques Žducatives ˆ travers, notamment, les avis du Conseil supŽrieur de lՎducation sur la profession enseignante et lÕenseignement, les programmes et initiatives du Conseil des ministres de lՃducation du Canada auxquels il a contribuŽ ˆ deux reprises (il a dirigŽ pour le compte du CMEC la rŽdaction de deux rapports pancanadiens sur la formation des enseignants au Canada), le Programme de soutien ˆ lՎcole montrŽalaise, etc.

2)                Sa contribution ˆ la diffusion des connaissances universitaires auprs des milieux professionnels et Žducatifs (fondateurs de deux bulletins avec plus de 125 000 lecteurs, sites Internet ouvert au public, participation ˆ de nombreux colloques professionnels, nombreuses interventions sur la professionnnalisation de lÕenseignement au QuŽbec, etc.) a certainement permis une grande Žvolution des conceptions socioprofessionnelles positives dans notre domaine, notamment quant au r™le des agents scolaires et des enseignants.

 

Bravo, Maurice !

 

 

Thierry Karsenti,

 

 

Directeur du CRIFPE

 

 

 



[1]             Toutes les informations concernant les travaux de M. Tardif sont tirŽes de son curriculum vitae ci-joint.